ECHOS de l'ACSA 2018

Après midi balisage le 19/02/2018

Lundi 19, salle Noire Pel à Sainte Adresse, après-midi studieux consacré au balisage pour une petite vingtaine de randonneurs de l’ACSA.

En présence de la présidente Christine Isnard et de la vice-présidente Annette Villepreux, Daniel Duchesne « grand manitou » du balisage pour le pays de Caux au Comité Fédération Française de Randonnée de Seine Maritime a rappelé les bonnes pratiques de cet art qui mobilise une petite dizaine de randonneurs tous les ans au printemps de préférence.
Face à lui, des vétérans du balisage, des confirmés, mais aussi des novices prêts à en découdre avec pinceaux, bombes à peinture, autocollants, sacs poubelle, sécateurs…

Comme tous les clubs de randonnée, l’ACSA a en charge le balisage de circuits : Le PR 10 autour d’Yport, le PR 30 vers St Jouin de Bruneval et le PR 32 qui parcourt les falaises d’Etretat. Balisés en jaune ils constituent environ les 40 km de sentiers dévolus aux baliseurs de l’ACSA, coachés par le maître baliseur Vincent Vandaele.

 

P1010564 2

P1010574 10

P1010585 15

Edouard , Daniel, Claude

 

A l’aide d’un diaporama, Daniel Duchesne a illustré avec rigueur et pédagogie ce qu’il faut faire (ou ne pas faire) : rafraîchir les balises vieillissantes, remplacer celles qui ont disparu ou mal disposées, couper les ronces, ramasser les détritus…

Il a également rappelé l’existence du site suric@te qui permet de signaler les obstacles rencontrés sur les chemins. Il en a profité pour évoquer les évolutions de l’information sur les circuits de randonnée du département et de la région avec en projet l’édition numérique de fiches de randonnée touristiques et leur utilisation en application sur smartphone.

Ce moment a aussi été l’occasion pour le représentant de la Fédération  d’honorer deux « vétérans » baliseurs  Edouard Eudier de l’ACSA et Claude Taunay des Amis de la nature

Dominique L 

 

Téléthon avec La Gournaysienne le 09/12/2017

Chaque année, Christiane Lecrocq qui fait partie de l’organisation de la Gournaysienne (une randonnée sur deux jours organisée dans la cadre du Téléthon) nous invite à y participer.

Pour cette 20ème édition, une douzaine de randonneurs et cyclos de l’ACSA s’étaient donné rendez-vous ce vendredi soir 9 Décembre à Gournay.
Bibendum, bonhomme Michelin, nounours, chacun avait revêtu plusieurs couches de vêtements pour résister au froid de cette soirée de Décembre.
Le temps épouvantable de l’après-midi n’augurait rien de bien, mais les prévisions pour la soirée ne mentionnaient plus de pluie , ouf !
Munie de frontales et gilets jaunes, la troupe s’est élancée à 20h30.

La 1ère étape a commencé à petite vitesse sur des airs de samba dans les rues de Gournay derrière la formation des percussions Corcovado. 
Mais ensuite les randonneurs avaient sans doute besoin de se réchauffer et le rythme, dans la montée de Rolleville vers Saint Martin, a brutalement accéléré.

 

La traversée de Montivilliers s’est faite sans problème, le circuit était bien sécurisé par les motards.
Un peu plus rock and roll, la portion du circuit au-dessus de l’aître de Brisgaret : Le chemin rendu boueux par les pluies récentes et glissant par le passage de plus de 100 personnes,  a été l’occasion de quelques chutes sans gravité sous l’œil médusé des chevaux et autres animaux qui tentaient de dormir dans leurs pâtures !

 

 

La Gournaysienne

 

L’arrivée à Rolleville vers 23h  s’est faite sous quelques de flocons de neige. Mais café, soupe et vin chaud nous attendaient à la salle poly-valente : une superbe organisation à saluer !

Pour la majorité des participants de l’ACSA , l’aventure s’est arrêtée là et chacun a retrouvé la chaleur de sa couette sur les coups de minuit.

Seul Michel Lemercier, l’irréductible, a repris la route avec 68 autres participants en direction de Gonneville à 8 km de là.
Puis pour la dernière étape de nuit, Gonneville–Etretat, il restait 30 combatifs. 
A l’arrivée vers 4h du matin, « la fatigue se faisait sentir  » dixit Michel. On veut bien le croire après cette marche de 30 km.
Félicitations à lui d’avoir rempli le contrat qu’il s’était fixé au départ.

Pour les autres, cette première rando de nuit a été très plaisante ; des perceptions différentes la nuit sur des chemins bien connus
de jour ! 
Chacun se disait prêt à recommencer, voire à effectuer deux étapes une prochaine fois. Mais on en reparle l’année prochaine…..

Christine I