ECHOS de l'ACSA 2018

Les Asturies du lundi 4 juin au lundi 11 juin 2018

Séjour organisé par VTF Voyages

A l'occasion de ses quarante ans, l' ACSA a choisi les Asturies pour sa semaine de randonnée. C'est en Espagne, un pays où « ya un soleil comme... ». Surprise la végétation est bien verte.

Bien fatigué par notre voyage très matinal en avion, on se promettait un petit repos dans le car qui nous attendait à l'aéroport. Mais Luis attaque ! Luis c'est notre accompagnateur durant cette semaine. Un personnage ! Infatigable défenseur des Asturies et de son l'histoire. Impossible d'ignorer que ce territoire de culture celtique ne se soumet pas à l'invasion musulmane, que le royaume indépendant des Asturies est fondé en 718 et qu'en 722 le premier roi des Asturies, Pelayo, gagne la bataille de Covadonga et fut ensuite l'initiateur de la Reconquista.

Infatigable Luis l'est aussi sur les chemins, pour ses explications, dans la résolution des problèmes inhérents à tout voyage. Finalement Luis est efficace et ...très attachant.

42499949664 05a8a232df z

 

Ce fut une semaine de randonnées et de visites.

Les randonnées furent souvent partagées en deux groupes chacun guidé par un Luis. Cet autre Luis fut aussi très apprécié.

Avant de décrire nos parcours il faut savoir que les sentiers ne montaient pas et ne descendaient pas. C'étaient des "faux plats montants et faux plats descendants" !

43218794401 b2b843a962 z 2

Les deux premiers jours nous avions rendez-vous avec l'océan d'abord le long de falaises vertigineuses à Cabo Penas puis en allant de plages en plages près de Colunga (Plage de la Griega). Nous y découvrons les Horreos.

43219131751 176de973e3 z 1

Puis les montagnes s'offrent à nous, d'abord avec un splendide paysage traversé de cascades rivières et gorges à Soto de Agues puis sous la brume nous parcourons le parc national des pics de l'Europe. Où nous montons jusqu'aux lacs de Covadonga situés à 1134 m d'altitude. Site sublime !

Le dimanche nous puisons sur nos ultimes forces pour la dernière randonnée dans la vallée de l'ours.

Le car ou plutôt les cars qui nous ont accompagnés tout au long de la semaine nous ont permis de faire de nombreuses visites. Gijon et sa plage de San Lorenzo bien plus belle que celle de la Concha à San Sebastian.(foi de Luis). Surprenante université Laboral construite à la demande de Franco.

43218804911 158c6420f2 z 1
 

Visite guidée d'Avilès sa vieille ville et surprise Niemeyer nous attend avec une coupole et un mirador. C'est le centre culturel de cette ville. Nous clôturons cette journée par le port de Cudillero l'un des ports les plus pittoresque serti dans un amphithéâtre de maisons.

28349306927 059183424d z

Bien sûr le roi Pelayo nous attendait près de la basilique dans la grotte de Covadonga dédiée au culte de la Sainte Vierge.

Visite du musée de la mine et de l'industrie d' El Entrego et celle du musée de l'ours.

Le dernier samedi nous avions rendez vous avec la capitale Oviedo la ville « la plus propre de l'Europe ». Le quartier historique est un exemple de conservation. On remonte le temps à travers son riche passé mais l'architecture moderne est présente notamment avec le palais des expositions et des congrès.

42316291235 c1f4d7b973 z

Nous étions hébergé dans un hôtel du centre ville de Gijon. Repas copieux avec des serveurs très efficaces dans le restaurant situé au premier étage. Mais avec 138 chambres toutes occupées, le retour vers les chambres situées aux 10e,11e,12e et13e étages était légèrement retardé !

N'oublions pas la découverte des spécialités culinaires d'Asturies. Visite de la biscuiterie El Horno à Luanco avec ses douces maranuelas. Découverte de la chaîne de fabrication du cidre fermenté naturellement à Colunga. Et enfin présentation à notre hôtel par un artisan de tous ces produits, suivi de leurs dégustations. Il a fallu soupeser pour que nos valises ne dépassent pas les 23 kg !

Nous avons bénéficié d'un temps relativement clément. Heureuse surprise au vu des prévisions annoncées.

Un grand merci à Luis, Annette Christine et Michel.

Après midi balisage le 19/02/2018

Lundi 19, salle Noire Pel à Sainte Adresse, après-midi studieux consacré au balisage pour une petite vingtaine de randonneurs de l’ACSA.

En présence de la présidente Christine Isnard et de la vice-présidente Annette Villepreux, Daniel Duchesne « grand manitou » du balisage pour le pays de Caux au Comité Fédération Française de Randonnée de Seine Maritime a rappelé les bonnes pratiques de cet art qui mobilise une petite dizaine de randonneurs tous les ans au printemps de préférence.
Face à lui, des vétérans du balisage, des confirmés, mais aussi des novices prêts à en découdre avec pinceaux, bombes à peinture, autocollants, sacs poubelle, sécateurs…

Comme tous les clubs de randonnée, l’ACSA a en charge le balisage de circuits : Le PR 10 autour d’Yport, le PR 30 vers St Jouin de Bruneval et le PR 32 qui parcourt les falaises d’Etretat. Balisés en jaune ils constituent environ les 40 km de sentiers dévolus aux baliseurs de l’ACSA, coachés par le maître baliseur Vincent Vandaele.

 

P1010564 2

P1010574 10

P1010585 15

Edouard , Daniel, Claude

 

A l’aide d’un diaporama, Daniel Duchesne a illustré avec rigueur et pédagogie ce qu’il faut faire (ou ne pas faire) : rafraîchir les balises vieillissantes, remplacer celles qui ont disparu ou mal disposées, couper les ronces, ramasser les détritus…

Il a également rappelé l’existence du site suric@te qui permet de signaler les obstacles rencontrés sur les chemins. Il en a profité pour évoquer les évolutions de l’information sur les circuits de randonnée du département et de la région avec en projet l’édition numérique de fiches de randonnée touristiques et leur utilisation en application sur smartphone.

Ce moment a aussi été l’occasion pour le représentant de la Fédération  d’honorer deux « vétérans » baliseurs  Edouard Eudier de l’ACSA et Claude Taunay des Amis de la nature

Dominique L 

 

Téléthon avec La Gournaysienne le 09/12/2017

Chaque année, Christiane Lecrocq qui fait partie de l’organisation de la Gournaysienne (une randonnée sur deux jours organisée dans la cadre du Téléthon) nous invite à y participer.

Pour cette 20ème édition, une douzaine de randonneurs et cyclos de l’ACSA s’étaient donné rendez-vous ce vendredi soir 9 Décembre à Gournay.
Bibendum, bonhomme Michelin, nounours, chacun avait revêtu plusieurs couches de vêtements pour résister au froid de cette soirée de Décembre.
Le temps épouvantable de l’après-midi n’augurait rien de bien, mais les prévisions pour la soirée ne mentionnaient plus de pluie , ouf !
Munie de frontales et gilets jaunes, la troupe s’est élancée à 20h30.

La 1ère étape a commencé à petite vitesse sur des airs de samba dans les rues de Gournay derrière la formation des percussions Corcovado. 
Mais ensuite les randonneurs avaient sans doute besoin de se réchauffer et le rythme, dans la montée de Rolleville vers Saint Martin, a brutalement accéléré.

 

La traversée de Montivilliers s’est faite sans problème, le circuit était bien sécurisé par les motards.
Un peu plus rock and roll, la portion du circuit au-dessus de l’aître de Brisgaret : Le chemin rendu boueux par les pluies récentes et glissant par le passage de plus de 100 personnes,  a été l’occasion de quelques chutes sans gravité sous l’œil médusé des chevaux et autres animaux qui tentaient de dormir dans leurs pâtures !

 

 

La Gournaysienne

 

L’arrivée à Rolleville vers 23h  s’est faite sous quelques de flocons de neige. Mais café, soupe et vin chaud nous attendaient à la salle poly-valente : une superbe organisation à saluer !

Pour la majorité des participants de l’ACSA , l’aventure s’est arrêtée là et chacun a retrouvé la chaleur de sa couette sur les coups de minuit.

Seul Michel Lemercier, l’irréductible, a repris la route avec 68 autres participants en direction de Gonneville à 8 km de là.
Puis pour la dernière étape de nuit, Gonneville–Etretat, il restait 30 combatifs. 
A l’arrivée vers 4h du matin, « la fatigue se faisait sentir  » dixit Michel. On veut bien le croire après cette marche de 30 km.
Félicitations à lui d’avoir rempli le contrat qu’il s’était fixé au départ.

Pour les autres, cette première rando de nuit a été très plaisante ; des perceptions différentes la nuit sur des chemins bien connus
de jour ! 
Chacun se disait prêt à recommencer, voire à effectuer deux étapes une prochaine fois. Mais on en reparle l’année prochaine…..

Christine I