Journée de Vincent à Foulbec le 22/06/17

Journe foulbec par vincent 34907416163 o 1

 

Journe foulbec par vincent 35677394346 o

LE SIGNE INDIEN

Vincent, ayant été échaudé par ses journées précédentes pluvieuses, avait décalé sa sortie en juin. A t’il prié les quinze jours précédents, a t’il brûlé des cierges ? Nous n’en savons rien, mais…

Pendant la semaine la température augmentait, augmentait, au point de frôler la canicule. Qu’allait il encore arriver à Vincent ??

A t’il fait des incantations la veille ? Le jour J, à l’ouverture des volets, Miracle, pas de pluie, pas de canicule, un ciel voilé présent pour rafraichir cette matinée.

Vincent, tel un chaman, nous a ramené la sérénité dans le ciel. 18 braves l’ont entouré pour une grande marche vers Foulbec où les couleurs des coquelicots se disputent à celles du lin et de toutes les autres variétés.

Chemin faisant, nous avons même rattrapé un futur groupe de randonneurs se dirigeant vers leur cantine, bien encadré par leurs institutrices.

Après une courte pose vers Berville où la Risle rencontre la Seine, nous faisons une brève halte pour un pique-nique frisquet puis nous repartons pour la fin de cette journée.

Vincent pouvait être satisfait, il avait enfin vaincu son SIGNE INDIEN.

Antoine E

Week-end rando à Dinard du 22/09/17 au 24/09/17

Avis de recherche et Histoire sans fin

 

Ce n’étaient pas des pantoufles de vair, ni de verres d’ailleurs, mais de jolis escarpins, que tous les randonneurs  partis en week-end à Dinard se sont mis à rechercher frénétiquement sur le parking herbu de Cancale.

Mais hélas, point de chaussures à l’horizon….

Espoir et suspens :  le prince charmant allait-il se présenter avec les fameuses chaussures de princesse ?

Après une nuit d’angoisse, la cendrillon du moment a retrouvé les précieuses chaussures dans le coffre d’une autre voiture.

Habituée du fait, elle a profité de notre passage à Saint Suliac et de la présence de Saint Antoine de Padoue pour lui offrir un cierge de remerciement !

A cette occasion, elle a égaré devinez quoi ? Son porte-monnaie…. Une histoire sans fin qui malgré tout s’est bien terminée !

Il faut dire que le groupe comptait deux Antoine.

Christine I

 

20170926 201424

Week-end cyclo à Cayeux du 15/09/17 au 17/09/17

Img 01 1 23501419098 o

Les malheurs de Daniel

 

Le week-end à Cayeux avait bien commencé. Un temps inespéré nous permettait de profiter de cette belle région. Nos accompagnatrices guidées par Claudine nous avaient retrouvés dans le parc du Marquenterre pour un pique-nique sous le soleil. Mais le soir, Claudine annonce à Daniel qu'un voyant rouge s'est allumé dans la voiture : sous gonflage des pneus ! Ni une, ni deux, Daniel ne prend même pas le temps de se changer et file à la station service la plus proche : Saint Valéry (15km).
Surprise ! le gonflage des pneus est payant : 1€ ! Dans sa précipitation, Daniel n'a pris ni argent, ni papier ! le voilà contraint de faire la manche , avec son maillot aux couleurs de l'ACSA.
Quelle honte pour notre club ! Et bien, oui, sa bonne mine lui a permis de récupérer cet euro assez rapidement ! Dommage pour lui, l'heure de l'apéro était passé!

Annie

La même histoire mais un peu "gonflée" par CJD

(Une histoire vraie légèrement romancée)

 

Tout avait pourtant bien commencé pour ce week-end en baie de somme (15,16,17 septembre) concocté par Annie, Claude et Jean ; des balades effectuées sous un beau soleil malgré les prévisions désastreuses de la météo, un hébergement satisfaisant et calme, une nourriture conforme aux attentes de cyclotouristes expérimentés, des crevaisons à répétition pour Suzanne...

Et tout aurait pu être ainsi jusqu'à la fin du WE s'il n'y avait pas eu cette alerte rouge dans la voiture d'un des participants :

« vous êtes passé en défaut de gonflage, il faut aller ajuster la pression des pneus sinon le risque d'accident sera bien réel »

 Bien entendu ce message s'adresse à la conductrice qui, dès le retour de son époux, l'informe de cet avertissement.

N'écoutant que son courage, à peine arrivé de son circuit vélo et pour satisfaire sa mie (de pain - facile), il se précipite, en tenue vélo, dans l'habitacle du véhicule en perdition.

L'objectif, bien entendu pour ce chevalier ardent, est de trouver une pompe qui puisse permettre une remise à niveau des pressions des pneus pour son véhicule.

 

 

Cayeux-sur-Mer ne possède pas toutes les ressources nécessaires pour satisfaire une telle recherche et à partir de ce moment un engrenage impitoyable va se mettre en route. Il faut trouver le gonfleur indispensable mais les stations proposant ce type de service se font rares.

S'éloignant de plus en plus loin de sa base, il se dirige vers Saint-Valery-sur-Somme avec l'espoir de trouver une station service. Sa persévérance est enfin récompensée mais au moment d'aller effectuer ce gonflage tant espéré, le cauchemar commence...

Dans sa précipitation, cet homme instruit, intelligent et plein de bon sens, se rend compte que non seulement il a oublié tous les papiers du véhicule mais également qu'il ne possède pas l'ombre d'un euro, somme minimale demandée par la machine pour pouvoir s'en servir.

Son premier réflexe, s'adresser à la voiture de gendarmerie en stationnement à proximité pour obtenir une aide substantielle de 1 Euro pour satisfaire à sa quête.

Mais le risque est grand !!!! Car si les représentants de la maréchaussée lui demandent ses papiers que pourra-t-il leur répondre ?

Sans le sou et sans papiers, son avenir s'obscurcit, il se voit déjà embarqué dans la camionnette 4L, transféré sur une île située en plein milieu de l'estuaire de la Somme et incarcéré pour une longue période (il se remémore le Comte de Montécristo).

 

 

 

Sa décision est prise, aucun recours aux forces de l’ordre, il se débrouillera seul.

Note de l'auteur : Que se passe-t-il à partir de ce moment ?

Eh bien, il s'avère qu’après avoir envisagé plusieurs façons d'obtenir le sésame de 1 Euro indispensable (le reniflage de pièces égarées au sol, le hold-up, la vente de son corps auprès des autochtones, ...) il a opté pour faire la manche.

Assis à l'encoignure de la rue de l'embarcadère, face à la gare du petit train St Valery/Le Crotoy, il a composé un personnage de mendiant plus vrai que nature, posé son casque entre ses jambes, tête basse, regard larmoyant.

A partir de cet instant, tous les habitants de ce village touristique ont fait preuve de compassion pour ce cyclotouriste âgé estampillé ACSA et lui ont permis de collecter non seulement l'Euro indispensable mais également un pactole conséquent qu'il a ramené à sa femme et à ses partenaires de vélo).

Après ce périple lourd et long de près de 2 heures, il est enfin revenu au centre d'hébergement éreinté, dépenaillé, mais heureux d'avoir solutionné ce problème technique aussi facilement.

CJD

Journée vélo à Bourgtheroulde le 16/05/17

Le mardi 16 mai au matin, les deux groupes cyclos se retrouvent à Bourgtheroulde pour une journée vélo.

La météo est au beau fixe, une vraie journée d’été est annoncée.

Ho ! surprise, nous nous retrouvons tous ensemble au château de Tilly, château de la renaissance fort bien conservé. Pas question de se quitter avant d’avoir fait la photo de groupe ! Nouvelle halte un peu plus tard au château de la Mésangère, actuellement en cours de restauration et où vécut Jean de la Fontaine pendant vingt ans.

Après un bon repas pris à Bourgtheroulde, direction la collégiale saint Louis à La Saussaye, ouverte tout spécialement pour notre passage. Une paroissienne fort accueillante est présente et nous en donne tout l’historique. Nous reprenons nos vélos mais la température grimpe et Annie nous fait un « coup de chaud ». Un passage par la vallée de l’Oison, petit affluent de la Seine long de 17 km, et c’est le retour à Bourgtheroulde. C’est avec un vrai bonheur que nous nous rafraîchissons avant de nous séparer.

Un grand merci à Michel et Jacques pour cette excellente journée.

Suzanne  

VAC SPORT à Sainte Adresse le 12/04/17

Mardi après midi nous avons préparé et révisé les vélos des enfants, quelques vitesses à régler, des selles à réhausser, ceci dans une bonne ambiance avec Emilie, Pascal et Nicos, ainsi que Guy et Lionel.

Départ de cette épopée, mercredi matin 10 h : treize enfants à déplacer ce n'est pas une mince affaire !
Deux groupes se forment, je prends le premier, composé de sept garçons, avec Emilie et Guy comme serre-file. Lionel prend le deuxième groupe composé de cinq filles et un garçon.
Notre parcours s'est fait dans la joie, la bonne humeur et les cris des enfants.

Midi pause pique-nique, les trois "vieux" de l'ACSA comme des lézards ont cherché le soleil, car un petit vent soufflait.
Le retour s'est effectué à un rythme plus soutenu !
Que dire de cette journée ? :
Du bonheur, des rires et la gouaille des enfants. Conclusion :

Expérience à renouveler, je parle pour moi, mais je pense que Guy et Lionel remettraient bien le couvert !

Michel L

La vallée de la Durdent le 09/04/17

Toute notre sympathie allait à Vincent en ce dimanche. Depuis trois ans, c’est lui, qui débute les journées de randos, en s’échinant à préparer des beaux circuits qui se soldent,  invariablement  avec la déconvenue d'un temps plutôt maussade.
Bref, cette année, « il a jeté l’éponge »… Béatrice, nous avait donné rendez-vous à Oherville. Par un ciel limpide, nous sommes allés du côté de la vallée de la Durdent. Nous avons apprécié les cressonnières, le manoir d’Auffay, les  jacinthes dans les sous bois et le pique-nique au bord de l’étang.
Après le déjeuner, Béa nous a proposé un jeu de géocaches pendant une heure puis une rando vers le Hanouard.
Nous étions ravis de notre journée avec ce temps estival pour un mois d’avril...
Nous croisons les doigts pour que le ciel soit aussi clément pour la journée de juin de Vincent.

Ouacila

×